Dormir sans somnifères

//Dormir sans somnifères

Dormir sans somnifères

Plus de 1 belge sur 10 consomme régulièrement des somnifères soit 1.000.000 de personnes.

Pour moi le somnifère est obligatoire !

C’est ce que pensent ces consommateurs de somnifères, et pourtant de petites modifications du comportement suffiraient pour retrouver un sommeil naturel.

Le somnifère est pour certains la solution de facilité, la petite pilule qui règle tout . Ces molécules appelées benzodiazépine pose problème sur le long terme car avec le temps elle baisse d’efficacité et il faut augmenter les doses et de plus crée l’accoutumance.

Bannir anxiolytiques et somnifères

L’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en « marche automatique ». Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.

 

D’abord, quelles sont les causes du problème de sommeil ?

Le corps médical recense 4 causes d’insomnies

  • Les causes d’ordre physique comme des douleurs, des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires, des allergies.
  • Les causes psychologiques ou psychiatriques, comme de l’anxiété, la dépression, l’angoisse,…
  • Des syndromes tels que les apnées, les jambes sans repos, spasmes musculaires,…
  • Les décalages horaires, le travail en pause ou de nuit.

Une idée connue et transmise est que l’idéal est d’avoir 8 heures de sommeil . Non certains ont besoin de 6 heures et d’autres 10 heures, cela dépend de la biologie de chacun. Idem que de croire que les heures avant minuit compte double.

Par contre nous avons tous une heure à ne pas laisser passer si il veut s’endormir facilement.

Quelques règles pour préparer un bon sommeil

  • Plus l’on se dépense pendant la journée mieux on dort , mais au moins 4 heures avant de se coucher.
  • Le dernier repas doit être pris au minimum 4 heures avant le coucher et doit être riche en sucres lents du type pâtes, riz,… sachant que l’hypoglycémie perturbe le sommeil. Pour les graisses il faut 6 heures pour les dégrader, donc a éviter trop tard le soir. Par contre le sucre rapide est favorable à l’endormissement car il a une action sur la chaîne qui conduit à la production de sérotonine qui facilite le sommeil.
  • Maintenir autant que possible une exposition à la lumière durant la journée
  • Eviter les ennemis du sommeil comme le café, le thé, le tabac, l’alcool en excès, les colas,…
  • Eviter le soir avant d’aller au lit une exposition à la lumière trop forte, à l’écran d’ordinateur, tablette, gsm, TV. Idéalement couper tout ces appareils une demi heure avant d’aller au lit et installez-vous confortablement dans votre fauteuil avec juste une petite lampe allumée ou une bougie et dans le calme complet. Avoir des tentures qui vous permettent d’être au noir dans votre chambre, bien aérer celle-ci, avoir une certaine fraîcheur, éviter les champs électromagnétiques réveil sur réseau, gsm allumé sur la table de nuit,….
  • En effet dés que la nuit tombe la glande pinéale qui se trouve dans le cerveau commence à sécréter la mélatonine .Cette hormone naturelle prépare le corps à l’endormissement et au repos.
  • Malheureusement de nombreux facteurs aujourd’hui ralentissent la production de la mélatonine comme nous l’avons vu ci-dessus les lumières vivent, les différents écrans, les ondes électromagnétiques, le stress, le mode de vie, l’hygiène de vie, …..

En plus de toutes ces précautions vous pouvez vous faire aider avec des produits naturels comme la mélatonine en comprimé à prendre le soir, ou aussi de la valériane en infusion ou en poudre dans des gélules. Une association valériane et passiflore est aussi bénéfique.

Il faut un certain temps avant que les effets se fassent ressentir mais cela en vaut vraiment la peine car la prise de produit 100% naturel ne font pas de dégâts sur la santé physique et mentale tandis que les somnifères bien.

*********

Ci- dessous une copie d’article www. danger-sante.org

Les hypnotiques, y compris les plus récents, possèdent de nombreux effets secondaires quoiqu’en disent la publicité et l’information médicale. Ils affectent la vigilance (être « dans le gaz »), touchent la mémoire à court terme et la concentration, provoquent la dépendance. Chez les personnes âgées, les hypnotiques sont des facteurs précipitants des chutes. Ils sont aussi responsables de dépression et d’effet rebond sur le sommeil.
L’effet rebond consiste en insomnie aiguë qui se manifeste au moment où on arrête brutalement de les prendre ce qui enchaîne la personne au médicament.
Les recommandations de bonnes pratiques médicales préconisent de limiter leur usage à un mois mais, ce délai est très souvent largement dépassé.
En cas d’usage prolongé, un sevrage très progressif s’impose sinon les symptômes du manque se manifestent.

Une étude très récente a aussi montré que la consommation régulière des médicaments anxiolytiques et des hypnotiques augmentait la mortalité.

Fort heureusement, il existe des traitements sans médicaments de l’insomnie chronique (celle qui dépasse une durée d’un mois) ainsi que des méthodes de sevrage pour se débarrasser en douceur des médicaments somnifères.
Ces traitements sont encore trop peu connus, trop peu prescrits faute de praticiens formés.
Pourtant, ces traitements ont fait l’objet de nombreuses études surtout dans le monde anglo-saxon pour tester leur efficacité. Ce sont des traitements basés sur de bons niveaux de preuves scientifiques depuis 1994. Les études montrent leur efficacité à court terme, moyen terme et à long terme. Les traitements de l’insomnie chronique sans médicaments ont aussi, c’est évident, un autre avantage qui est de ne pas avoir d’effets secondaires.
Ce sont des traitements naturels, bien acceptés sans impact sur le fonctionnement du corps.

 

 

 

 

By | 2017-10-06T20:57:35+00:00 février 15th, 2017|Articles|0 commentaire

About the Author:

Laisser un commentaire